Accueil >  [ARCHIVES des communiqués et des discours, avant mai 2017 >  [ARCHIVES] Communiqués

[ARCHIVES] Communiqués

Valérie Pécresse réagit aux propos de Madame Royal

[archive]

Valérie Pécresse s'indigne de la méconnaissance de Madame Royal quant au contenu de la réforme des universités et des priorités budgétaires du Gouvernement

Communiqué - 1ère publication : 25.08.2007 - Mise à jour : 26.09.0007

Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, s'indigne de la méconnaissance et des lacunes profondes de Madame Royal quant au contenu de la réforme des universités et des priorités budgétaires du gouvernement. Madame Royal n'a à l'évidence pas suivi les débats parlementaires sur la loi libertés et responsabilités des universités ainsi que les concertations qui se sont déroulées avec la communauté universitaire et les chercheurs dès l'installation du Gouvernement.

La loi sur les libertés et responsabilités des universités est une loi équilibrée dont l'Etat sera le pilote, le partenaire et le garant de sa mise en œuvre dans le cadre d'une démarche contractuelle.

Cette loi est une étape déterminante car elle est le socle d'une réforme de l'enseignement supérieur qui se déroulera sur cinq ans : 5 chantiers prioritaires ont été prévus dont 3 ont déjà été ouverts : l'amélioration des conditions de vie étudiantes, la réussite en licence et le statut des jeunes chercheurs. Les deux autres chantiers seront ouverts avant la fin de l'année : l'immobilier universitaire et une réflexion sur les carrières des personnels universitaires.

La loi est accompagnée d'un effort budgétaire inédit conformément aux engagements du Président de la République : le budget 2008 a prévu 1,8 milliards d'euros supplémentaires pour l'enseignement supérieur et la recherche.

La ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche souhaite rappeler les points suivants :

  • Concernant le pouvoir accordé au Président des universités : la loi leur donne un pouvoir juste et équilibré, qui leur permet d'assurer le pilotage stratégique de l'établissement alors qu'aujourd'hui ils ne sont pas leur en mesure d'assumer pleinement leur mission. Des garanties sont prévues dans la loi : le Président doit présenter un rapport d'activité soumis a l'approbation de son conseil d'administration me que son budget ; le recteur est chargé de vérifier la légalité des actes de l'université. De plus, un comité technique paritaire est désormais créé pour dynamiser le dialogue social au sein de l'université.
  • Concernant l'échec en premier cycle : la loi sur les universités est une première arme contre l'échec universitaire avec d'une part la généralisation de l'orientation active qui permet aux étudiants de mieux s'orienter et d'autre part la mission d'insertion professionnelle confiée désormais à l'université avec la mise en place d'un bureau d'insertion professionnelle. A ceci s'ajoute la réflexion avancée dans le cadre du chantier « réussite en licence », et qui aboutira à des mesures qui seront intégrés dans le budget 2008 présenté au Parlement à l'automne.
  • Concernant la rentrée universitaire : le gouvernement a donné un signal fort au pouvoir d'achat des étudiants avec l'augmentation des bourses de 2,5 %, soit 50 % de plus que l'inflation, une augmentation la plus forte depuis 10 ans. A ceci s'ajoute le gel des frais d'inscription en Euros constants. En outre, le ministère a demandé aux CROUS le versement anticipé des bourses pour faciliter la rentrée des étudiants: la moitié des étudiants recevront leur premier mois de bourse avant la rentrée avant la fin du mois de septembre.

Alors que le Gouvernement fait le pari de la connaissance comme levier de l'égalité des chances, il est regrettable que Madame Royal tienne des propos d'une grande légèreté sur un sujet aussi important que l'avenir de nos enfants et qui devrait dépasser les clivages partisans.

1ère publication : 25.08.2007 - Mise à jour : 26.09.0007

Contact

Presse : 01.55.55.84.32

Retour haut de page