Accueil >  [ARCHIVES] >  [ARCHIVES] Discours

[ARCHIVES] Discours

Remise du prix Irène Joliot-Curie 2004

[archive]
Discours - 1ère publication : 18.11.2004 - Mise à jour : 3.12.0007
François d'Aubert


  
Mesdames, Messieurs,

 

Je suis particulièrement heureux d'avoir remis aujourd'hui, avec Philippe CamusS, le président d'EADS, ce prix ou plutôt ces prix Irène Joliot-Curie dans les trois catégories qui ont été choisies pour mettre en valeur l'apport de certaines femmes à notre système de recherche et d'innovation.


Les trois lauréates, entourées de François d'Aubert et de Philippe Camus

Chacune d'entre vous incarne à sa façon, le souffle et l'esprit de recherche :
- en conduisant à la fois une recherche de premier niveau international,
- en s'attachant à la place et au rôle des femmes dans le système de recherche et dans la société,
- et en restant soucieuse de la diffusion des connaissances y compris et surtout vers les populations qui en ont le plus besoin.

Après avoir vu les films qui retracent vos parcours respectifs, parsemés d'audace et d'humilité, d'exigence et de générosité, je ne suis que plus fier de vous remettre ces prix. Et je me dis qu'entre chacun de vos parcours et celui d'Irène Joliot-Curie, il y a plus que des similitudes. La persévérance, le courage de ses convictions, mais aussi, bien sûr, l'amour de la science.

Créé, récemment, en 2001, par le ministère de la Recherche, ce Prix Irène Joliot-Curie est destiné à récompenser les actions entreprises pour favoriser la présence des jeunes filles dans les études scientifiques et techniques et promouvoir la place des femmes dans le domaine de la recherche en France.

Pour ouvrir le plus largement possible l'appel à candidature tant dans le domaine de la recherche publique que privée, le ministère de la Recherche a établi, pour cette troisième édition du Prix Irène-Joliot-Curie, un partenariat avec EADS, qui mène une politique active pour attirer les femmes dans le secteur de la recherche aéronautique.

L'édition 2004 a été lancée fin mai de cette année. Les dossiers ont été examinés, le 5 octobre 2004, par un comité de sélection présidé par la directrice de la recherche du ministère de la Recherche.

Je suis reconnaissant à tous ceux qui ont contribué à la réussite de cette entreprise, au comité de sélection, comme à ceux qui ont veillé au bon déroulement de la cérémonie d'aujourd'hui, qu'il s'agisse des équipes du Ministère ou d'EADS ou bien de celles (je ne peux pas dire " celles et ceux " !) qui ont donné de leur temps et partagé leurs avis et leurs compétences à l'occasion des tables rondes.

Je prends aujourd'hui, pour la remise de ces prix, la difficile succession de Claudie HAIGNERE qui attachait une importance toute particulière à cet évènement qui lui tenait tant à cœur.

Je crois, qu'au delà du témoignage et de la valeur d'exemple que pouvait constituer son propre parcours de femme de science, Claudie HAIGNERE avait bien raison de considérer cette enjeu comme une priorité.

Les questions liées à la place des femmes dans le domaine de la recherche et des sciences doivent en effet nous mobiliser avec une intensité de plus en plus grande, qu'il s'agisse :

  • d'attirer les jeunes filles vers les filières et les carrières scientifiques,
  • de favoriser l'accès des femmes aux postes de responsabilité et aux instances de décision,
  • de mieux reconnaître leurs accomplissements en sciences et technologies,
  • ou encore de permettre une meilleure conciliation entre vie privée et professionnelle.

 

Parce qu'aujourd'hui, que constate-t-on ? Dans un rapide panorama de la place des femmes dans la recherche scientifique et technologique, quelques chiffres sont particulièrement frappants :

Majoritaires au lycée toutes disciplines confondues (57% des effectifs), les femmes ne représentent plus que 43,2% des effectifs en Terminale S. De même, les femmes ne représentent que 29% des effectifs dans les classes préparatoires scientifiques.

Sans étudier dans le détail les statistiques et la ventilation des effectifs, il faut cependant porter une attention particulière à des ratios qui sont révélateurs :

Les femmes représentent 1/3 des chercheurs dans la recherche publique et 1/5 dans la recherche privée. Elles représentent pourtant la moitié des effectifs en 3ème cycle et 40% des thèses sont soutenues par des femmes, selon les derniers chiffres de l'OST. On compte aussi deux fois moins de femmes que d'hommes parmi les directeurs de recherche.

Les femmes restent donc sous-représentées dans les filières qui conduisent aux plus hautes responsabilités scientifiques et technologiques.

Le ministère de la Recherche se devait de réagir à cette anomalie, à cette lente érosion de la présence féminine dans les laboratoires au fur et à mesure des progressions de carrière.

Il a mis en place une politique volontariste pour renforcer la place des femmes. Pour mettre en œuvre cette volonté une structure intitulée " Mission pour la parité dans la recherche et l'enseignement supérieur " a été créée dont les actions sont relayées par un réseau de correspondantes parité qui a été mis en place dans l'ensemble des organismes de recherche publique ainsi que dans de nombreuses universités, notamment en s'appuyant sur les conclusions du Livre Blanc des femmes dans la Recherche.

Pour ma part, je vais prochainement sensibiliser l'ensemble des directeurs généraux et présidents d'organismes qui dépendent du Ministère de la Recherche, afin que les commissions de recrutement et de promotion oeuvrent pour une meilleure égalité des chances entre les hommes et les femmes. Parce que, à diplôme et expérience comparable, il ne saurait y avoir dans la Recherche française de discrimination fondée sur le genre.

Demain, à l'occasion de mon déplacement au Salon de l'Education, j'insisterai également sur la place que doivent et que peuvent avoir les femmes dans la recherche française. Nous avons souhaité mettre en place, à l'occasion de ce salon, plusieurs actions de sensibilisation. D'abord nous avons réalisé un DVD intitulé "filles, garçons : des métiers scientifiques pour tous" où des élèves interrogent six jeunes femmes scientifiques pour mieux comprendre l'univers des sciences et la diversité des métiers qu'il propose. Ce DVD sera envoyé pour diffusion à l'ensemble des professeurs de 3ème. Ensuite, nous présenterons le site internet "elles en sciences" (www.elles-en-sciences.org), mis en place par les associations Femmes-ingénieurs, Femmes et Mathématiques et Femmes et sciences, pour que les jeunes filles et les femmes " osent les sciences et les technologies ".

Car, j'en suis convaincu, l'esprit de recherche doit et peut se décliner au féminin. Comme nous le montrent aujourd'hui l'exemple des lauréates du Prix Irène Joliot-Curie.

 

Mesdames et Messieurs, je vous remercie.


 

 

 

1ère publication : 18.11.2004 - Mise à jour : 3.12.0007
Retour haut de page