Publié le 19.09.2022

Sommaire

Conférence de presse de la 31e édition de la Fête de la science

Découvrez la conférence de presse de présentation de l'édition 2022 de la Fête de la science, autour du thème "Réveil climatique". Cette nouvelle édition se déroulera du 7 au 17 octobre en France métropolitaine et du 10 au 27 novembre en Outre-mer et à l'international.

Voix off : La planète, vous la voulez bleue ou bien cuite ? Le changement climatique fait déjà partie de nos vies. Entre catastrophes naturelles, explosion des thermomètres, fonte des glaces et montée des eaux, la crise environnementale impacte gravement notre quotidien et notre biodiversité. Avec le nouveau rapport du GIEC et la prochaine édition de la COP 27 en Egypte, le climat et l'écologie sont au cœur de l'actualité. Mais connaissez-vous les acteurs engagés dans la lutte contre le dérèglement climatique ? Face aux menaces d'un bouleversement planétaire, des chercheurs et scientifiques travaillent sans relâche pour trouver des solutions et agir. À l'occasion de la Fête de la science 2022, nous avons décidé de les mettre dans la lumière. Où que vous soyez en France, vous pourrez venir à leur rencontre. Ce sera du 7 au 17 octobre 2022 en métropole et du 10 au 27 novembre 2022 en Outre-mer et à l'international. Cette nouvelle édition de la Fête de la science sera l'occasion de rassembler toutes les générations autour d'un des plus grands enjeux de l'humanité, le changement climatique. N'hésitez pas et venez à la rencontre de nos scientifiques. Que vous soyez grands ou petits. Alors le climat, on en parle ?

Fred Courant : Oh oui, on en parle ! Bonjour à toutes et à tous et bienvenue pour cette conférence de presse qui va vous donner toutes les informations sur la fête de la science 2022. Alors vous le savez, aujourd'hui, notre planète est plus que jamais en danger. Parmi les conséquences du dérèglement climatique, on peut citer quelques exemples. L'extinction de la biodiversité, les phénomènes météo extrêmes, la dégradation des sols ou encore la montée et l'acidification des océans. Et malheureusement, il y en a bien d'autres. Bref, tous ces évènements menacent notre planète. Alors pour les scientifiques et les chercheurs qui sont souvent les premiers observateurs de ces bouleversements, il est important aujourd'hui de sensibiliser et d'informer les jeunes comme les moins jeunes d'ailleurs, non seulement sur les enjeux à venir mais aussi et surtout sur les solutions possibles. Eh bien, ce sera l'ambition de cette 31 édition de la Fête de la science qui va se déployer partout en France avec plus de 3000 événements gratuits et proche de chez vous. Car cette fête de la science, c'est avant tout le partage des connaissances et l'échange entre celles et ceux qui font avancer la science et tous les citoyens. Alors, pour connaître le programme dans le détail, pour savoir ce qui se passe près de chez vous, eh bien je vous invite à aller sur le site Fête de la Science Point fr. Mais je vous le disais, la fête de la science c'est aussi des milliers d'événements gratuits, d'animations et de débats partout en France, dans les rues, les quartiers, les salles des fêtes, les musées, les centres de culture, scientifique et technique, et j'en passe. Créé il y a 31 ans, c'était en 1991 par Hubert Curien, qui était alors ministre de la Recherche. La Fête de la science a toujours eu pour vocation de créer le dialogue entre les citoyens et les acteurs de la recherche. Faire en sorte que la science et la technologie deviennent l'affaire de tous. Et aujourd'hui, dans cette atmosphère pesante de changement climatique, Cette vocation semble prendre une nouvelle dimension. Je vous propose d'écouter la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, madame Sylvie Retailleau, qui nous a accordé cet entretien il y a quelques jours. Bonjour Madame la ministre, d'abord merci de nous recevoir. Ce n'est pas votre première fête de la science à vous Vous pratiquez depuis des années. Mais c'est quand même un petit peu en tant que ministre.

Ministre : Exactement en tant que ministre, pas qu'un petit peu. Tout à fait. Première et grande première Mais en tant que scientifique et chercheuse, c'est loin d'être la première. Effectivement, c'est non seulement un souvenir et un partage de plus de 20 25 ans de Fête de la science autour de manipulations.

Fred Courant : Et alors ? En tant que ministre, quel est votre état d'esprit par rapport à ce grand événement ?

Ministre : D'abord, c'est la 31. On voit que c'est un événement récurrent année par année et il y a toujours un enthousiasme du public de tout âge, de 7 à 77 ans. Et ça, c'est vraiment quelque chose d'important. Et puis, en tant que ministre, c'est vraiment promouvoir cette Fête de la science. Ce lien "Science et Société" avec, on le sait, cette fête du partage. Parce que la fête de la science est une fête de l'ouverture. Vous avez tous les laboratoires qui sont ouverts ou une grande partie. Les chercheurs, les ingénieurs, mais aussi toutes les associations sur le milieu associatif, sur "Science et Société". Vous avez aussi un partage très, très fort avec l'enthousiasme de cette science, de nos chercheurs, l'enthousiasme. Et puis cet apport de l'émerveillement à la science. Et ça, je pense qu'il faut aussi le mettre en avant. Cet émerveillement à la science. Ou finalement, on s'aperçoit que ces petits miracles ont une explication et du coup, attirent vers la curiosité, l'esprit critique, oserais je dire l'esprit sorcier, mais aussi quelque part, ce partage finalement de trouver des solutions, de la compréhension. Et aujourd'hui, dans le monde ou on est cette compréhension du monde qui va nous permettre de le construire ou de le reconstruire. Et ça, je crois que c'est au cœur du sujet de la fête de la science de cette année.

Fred Courant : Émerveillés, bien sûr, grâce à la science, peut être les plus jeunes des fois, à leur donner l'envie et attiser la curiosité. Et puis de donner du sens quand même à la science aussi, en créant le dialogue dont vous parliez entre nous, les citoyens et finalement les scientifiques.

Ministre : Je crois qu'on en a énormément besoin. On en a toujours eu besoin. Mais aujourd'hui, on voit bien avec les questionnements, on sort d'une crise sanitaire. La pandémie. On a une crise climatique qui existe mais qui a atteint des paroxysme durant l'été. Et du coup, ces questionnements, ces besoins de solutions, vraiment sont encore plus nécessaires. Et je pense qu'aujourd'hui, il faut être conscient de la nécessité de rendre la science. On dit souvent science sans conscience, peut-être dangereux. Mais aujourd'hui, on doit redevenir à la fois modeste avec l'utilisation de notre science, voire des technologies. Et puis, expliquer aux citoyens et les scientifiques font partie citoyen. On fait partie de la société, ça, c'est important de comment on va appréhender la science. Et la Fête de la science, c'est aussi une participation des citoyens et cette science participative dont on a besoin pour justement mener la science différemment aujourd'hui. Répondre aux besoins, aux défis sociétaux mais en répondre en se projetant dans l'avenir et en considérant les impacts, les questionnements de ce que peut apporter la science et la technologie aujourd'hui.

Fred Courant : Vous parliez de crise et notamment de crise climatique. C'est justement le sujet qui a été retenu, c'est le changement climatique.

Ministre : Alors c'est le changement climatique. On l'a retenu bien avant l'été dernier. Oui, mais on voit bien aujourd'hui combien déjà avant, il a questionné et ça a résonné dans tous les esprits du jeune et de tous nos concitoyens. Mais aujourd'hui encore plus. Donc on voit que c'est un bon choix. Je voudrais juste peut être dire un mot parce que pour dire ce petit fascicule qui accompagne ce réveil climatique qui a été une bande dessinée fait par des doctorants, c'est doctorants finalement qui sont au cœur dans nos laboratoires aussi de faire de la science ces doctorants qui ont une vingtaine d'années, 24, 25 ans, qui sont les jeunes. Donc c'est eux qui vont construire la société de demain. Et je pense que c'est une belle illustration sur un sujet, un enjeu, un défi, mais avec une jeunesse qui s'implique, qui s'implique pour trouver les solutions. Et je crois qu'aujourd'hui c'est ça le message, il faut continuer à y croire. Oui, il y a des solutions. Bien sûr, on va être impacté, il va falloir aussi nous adapter. Mais il y a aussi des solutions et la science et la façon d'innover, d'apporter de la technologie et pas n'importe comment fait partie des solutions. Et ça, je crois que c'est les jeunes qui le disent.

Fred Courant : Vous venez de le dire, vous parlez des solutions ? Il faut préciser quand même que pendant cette Fête de la science, on va beaucoup parler effectivement de changement climatique. C'est le thème phare, mais sous un angle, on va dire allez ou on va respirer, si j'ose dire. On regarde l'avenir, on dit oui la science propose des solutions. C'est pas fini quoi.

Ministre : Exactement et je pense que c'est important de faire passer ce message. Ça n'empêche pas qu'on soit réaliste ça n'empêche pas de dire il y a eu cet électrochoc. Le problème est réel et le défi est réel et il est grave. Mais une fois qu'on a dit ça, on sait combien la nature humaine a beaucoup de potentiel. Et je crois que c'est ce message positif de dire allons y, posons les bonnes questions, soyons responsables, prenons la science, la technologie, l'innovation dans le bon côté. Mettons de l'humain aussi dans la façon d'appréhender la science. Je pense que c'est très, très important Et oui, il y a des solutions, ça c'est très très clair. Et cette science mieux on va comprendre, mieux on va trouver, on va augmenter nos connaissances et trouver les solutions. Et je dirais on fera reculer la peur aussi qui n'est pas toujours une bonne conseillère. Donc il y a des solutions.

Fred Courant :  Il faut que tout le monde s'en empare de ce sujet scientifique

Ministre : Et puis peut être un message, on parle du climat, évidemment, c'est un sujet clé, on l'a vu, mais je crois qu'on va parler aussi pendant cette Fête de la science. On le verra dans nos laboratoires on le verra avec nos scientifiques. C'est un ensemble de développement durable, développement soutenable beaucoup plus large. Il y a le climat, mais il y a tous les impacts sur la biodiversité qui est capital. Et aujourd'hui, il ne faut pas refaire les mêmes erreurs qu'avant. Il faut regarder cet ensemble là, ce qui se passe sur les forêts, les océans, l'impact sur l'eau, la biodiversité est un élément clé. Et c'est tout ça dont on va parler à cette Fête de la science.

Fred Courant : Dites moi une dernière question, cette Fête de la science, il faut le dire quand même c'est énormément de personnes qui se mobilisent. Des scientifiques, bien sûr, mais pas que beaucoup, beaucoup de monde qui se mobilise pendant une semaine.

Ministre : Oui, merci. Effectivement, il y a beaucoup de monde qui se mobilise. Évidemment dans les établissements d'enseignement supérieur et de recherche, les chercheurs, les ingénieurs, mais tous les personnels administratifs et techniques qui portent ces établissements et qui se mobilisent, les doctorants, les étudiants qui sont aussi très présents sur tous nos campus universitaires, nos laboratoires, mais aussi toutes les associations de sciences qui alimentent, qui font de la médiation scientifique, et ça, c'est capital. Et je profite de ce moment pour vraiment les remercier. De leur investissement, de leur présence sur le terrain et du temps qu'ils donnent beaucoup, beaucoup pour transmettre ces messages. Et je dirais aujourd'hui ces messages d'espoir.

Fred Courant : Un dernier mot avant qu'on se retrouve réellement dans l'événement.

Ministre : Venez nombreux, je dirais venez nombreux, venez à tout âge et surtout venez pour discuter et partager avec ces scientifiques, ces médiateurs pour apprendre. Et puis pour les plus jeunes, faites de la science, F A I et pas F E.

Fred Courant : Merci beaucoup.

Ministre : De rien.

Fred Courant : Nous allons donner la parole à de jeunes chercheurs et chercheuses qui ont accepté spécialement pour cette Fête de la science, de relever un véritable défi. Raconter de façon simple et en quelques planches de bande dessinée le sujet de leur thèse universitaire. Autant vous dire que l'exercice, lui, n'est pas si simple. Et le résultat, c'est cette BD intitulée Sciences en bulles. Pour sa nouvelle édition 2022, Sciences en bulles est illustrée par la bédéiste Héloïse Chochois et le livre met en scène une dizaine de sujets de recherche souvent avant-gardiste, sur les thèmes, bien sûr du climat et de l'environnement. Des sujets variés et insolites qui éveillent nos consciences tout en explorant de nouvelles solutions. Eh bien, je vous propose tout de suite d'écouter ces jeunes chercheurs très créatifs.

Héloïse : Bonjour, je m'appelle Héloïse, je suis illustratrice spécialisée dans la bande dessinée documentaire. Le projet Science s'envole c'est un projet où moi en tant qu'illustratrice, je traduis en dessin et en bande dessinée les travaux de thèse de dix doctorants qui travaillent chacun dans des domaines différents autour d'une thématique commune, afin de présenter au grand public ces thèses et de montrer la diversité et la richesse des différents champs scientifiques et peut-être donner envie au public de s'y intéresser plus par la suite. J'ai énormément de plaisir à découvrir les thèses de ces dix doctorants et de les retranscrire en bande dessinée, et j'espère que les lecteurs auront autant de plaisir à les lire.

Kim : Bonjour, je m'appelle Kim Lefèvre, je suis doctorante à l'Université Clermont Auvergne et je suis rattachée au laboratoire du Céline, le centre de recherche sur la littérature et la socio-poétique. Je réalise une thèse sur la réappropriation du genre épique dans le jeu vidéo, j'interroge les discours épiques que peuvent tenir les jeux vidéo sur les crises de notre temps, comme le dérèglement climatique et l'effondrement de la biosphère. Lorsque j'ai vu l'appel à projet pour Sciences en bulles et notamment son thème Le dérèglement climatique, je me suis dit que ça pouvait être une bonne opportunité pour moi pour montrer un peu ma recherche et montrer un peu que le jeu vidéo avait quelque chose à nous dire sur des crises comme celle de l'anthropocène, les crises climatiques la crise de la biodiversité et que les jeux vidéo, ça peut servir à autre chose qu'au divertissement. L'édition de cette année est très riche sur le dérèglement climatique, vous pourrez en savoir plus par rapport à d'autres approches, d'autres disciplines pour identifier un peu ce problème. Et je vous invite à lire cette bédé.

Thomas : Bonjour je m'appelle Thomas Panaget. Je suis doctorant en troisième année à l'université de Lille, dans un laboratoire qui s'appelle le PC2A et donc je travaille sur un phénomène qui s'appelle les flammes froides. Donc ça a été en fait un long échange entre d'un côté l'illustratrice et l'éditrice et de notre côté, nous doctorants. Ou on venait échanger par rapport aux planches qui étaient proposées par l'illustratrice sur les points qu'on aimerait conserver, qui ne nous allait pas. Tout ça dans le but que nos travaux soient le mieux décrit sous forme de bande dessinée. Et donc, le thème de cette année, c'est le réveil climatique. Qui va traiter notamment de différentes façons de traiter du problème du changement climatique en fonction de sa formation et de son domaine dans lequel on travaille. Et il va s'adresser à des jeunes comme des moins jeunes, puisque le but, c'est vraiment de rendre accessible au plus large public

Fred Courant : Sachez que vous pouvez vous procurer ce livre dans les 350 librairies participantes. En fait, il vous sera offert par votre libraire pour tout achat de livres de sciences et vous pourrez aussi le trouver dans les médiathèques, les bibliothèques ainsi que dans les centres de documentation des collèges et des lycées. Et puis, comme il se doit, la Fête de la science aura aussi un parrain cette année. Oui, je dis bien un parrain car une année sur deux, c'est un homme et une année sur deux une femme.

Voix off : Lors des dernières éditions, la Fête de la science a eu la chance d'être parrainée ou marraine successivement par Thomas Pesquet, Marion Montaigne, Bernard Werber, Estelle Mossely, Christian Clot et l'année dernière par Chloé Nabédian.

Fred Courant : Alors, suspense. Qui sera le parrain de cette nouvelle édition ? Eh bien, nous allons le découvrir tout de suite. À mon avis, son visage ne vous est pas inconnu. Et puis tenez, je vous donne un petit indice... Chauffe Marcel ! Madame la ministre, il y a une information qui nous manque encore. C'est le nom du parrain puisque cette année, c'est un parrain, alors est-ce-que vous pouvez nous faire cette révélation ?

Ministre : Alors oui, je vais. Après tout ce que l'on a dit, je vais écourter le suspens. Et le nom du parrain. C'est quelqu'un de très investi depuis des années que finalement tout le monde connaît. Comme je le disais dans la science de 7 à 77 ans et qui a été porteur de ce message "Sciences et Société". Et c'est bien sûr Jamy Gourmaud. Jamy ! Qui nous a fait non seulement le plaisir, mais aussi l'honneur d'accepter d'être parrain de cette 31 édition de la Fête de la science Et je pense que c'est vraiment un symbole, justement pour faire passer ces messages dont on a parlé, pour pouvoir faire passer ce partage de la connaissance, de la compréhension de la science. Mais ce n'est pas à vous que je vais l'apprendre. Et je pense que nous sommes heureux et fiers de voir que Fred et Jamy s'investissent à nouveau ensemble sur la Fête de la science. Ça va être un beau symbole.

Fred Courant : Merci beaucoup à vous. Je vous propose une chose, c'est d'écouter Jamy !

Jamy : Bonjour Madame la ministre. Bonjour à toutes et à tous. J'ai accepté d'être le parrain de la Fête de la science. D'abord et avant tout parce que j'aime la science, toutes disciplines confondues, en rappelant bien évidemment que je ne suis pas scientifique mais journaliste. J'aime bien dire que je suis un passeur. J'aime faire le lien entre le public et les sachants. Et quoi de mieux que la Fête de la science pour créer ce lien ou pour le consolider ? Par ailleurs, c'est pour moi un événement incontournable. Elle met à l'honneur toutes celles et ceux qui exercent une profession une activité en lien avec la science, que ce soit les chercheurs, les ingénieurs, les techniciens. Celles et ceux qui enseignent. Mais ce n'est pas une fête spécifique destinée aux scientifiques. Au contraire même, elle s'adresse à tout le monde, y compris ceux qui n'ont pas de formation scientifique. Pour moi, la Fête de la science doit donner de l'appétence pour cette discipline et c'est l'occasion de redire que la science est un pilier de notre culture générale. Au même titre que des disciplines jugées plus littéraires. Je vous l'ai dit, j'aime la science. Je suis tombé dedans par hasard. Pas quand j'étais petit, mais quand j'étais jeune journaliste. La science en général, les savoirs qu'elle véhicule, la compréhension à laquelle elle nous permet d'accéder sont une source d'épanouissement intarissable. Je ne fais pas la science je la raconte. J'essaie de mettre à la portée de toutes et tous des concepts, des mécanismes, certains anciens, mais aussi les travaux récents des chercheuses et des chercheurs les innovations des ingénieurs. Je crois qu'aujourd'hui, je ne peux plus me passer de science. D'ailleurs quand j'ouvre un journal, je vais directement sur les pages sciences. Et bien qu'ayant une formation littéraire, eh bien la science fait aujourd'hui partie de mon ADN. J'en ai besoin pour comprendre le monde dans lequel je vis. Et je pense ne pas être le seul Bien, je crois qu'elle ne pouvait pas mieux tomber, hélas, après l'été que nous avons vécu et ces catastrophes en rafales, canicules, sécheresses, les orages dévastateurs. J'ai même un ami vigneron qui a perdu une partie de sa récolte à cause d'une tornade. Donc j'espère que ce que nous venons de vivre va renforcer cette prise de conscience qui est nécessaire. Bon, soyons clairs, ce ne sera pas suffisant. Cette thématique est l'occasion de rappeler aussi que la science et le climat sont intimement liés. La science a été nécessaire pour établir le diagnostic et son évolution. Elle a permis de comprendre les causes du réchauffement climatique. Elle a permis aussi d'établir les différents scénarii qui se profilent à l'horizon 2100. Donc, la science sera aussi nécessaire dans cette nouvelle phase qui se dessine et qui consiste à vivre avec ce réchauffement climatique. Je pense très sincèrement que la bonne volonté des uns et des autres d'un côté, la réglementation de l'autre, ne suffiront pas et qu'il faudra beaucoup de science pour faire face à ce réchauffement climatique. Alors j'ai plein de bons souvenirs autour de la Fête de la science. Je me souviens de l'avoir animé avec Sabine et Fred à la Cité des sciences. Je me souviens d'une expérience totalement inédite pour moi avec Julien Bobroff. J'ai surfé sur un Mag surf, un surf magnétique au dessus d'un petit nuage d'azote. Ça, c'est un très très bon souvenir. Mais je crois que ce qui m'a le plus marqué, c'est la fête de la science 2010. J'avais chopé un parasite lors d'un voyage et je devais animer cette Fête de la science. Et en fait, je l'ai passé dans un lit à l'hôpital. Et là, j'étais vraiment très triste.

Fred Courant : Avec un peu de chance, vous aurez peut être aussi l'occasion de croiser le parrain sur l'un des nombreux événements de la Fête de la science. Quoi qu'il en soit, ou que vous habitiez sur le territoire, vous pourrez rencontrer et dialoguer directement avec les ambassadeurs et les ambassadrices de la Fête de la science. Il y en a dans chaque région. Il y en a aussi dans chaque organisme de recherche publique. Ce sont des scientifiques, mais aussi, en quelque sorte, les porte drapeaux de la diffusion des connaissances. Ils et elles sont là pour faire connaître les actions et les initiatives dans leur région, dans leurs laboratoires, mais aussi pour répondre à toutes vos questions. Tenez, je vous présente tout de suite ce comité national d'ambassadeurs et d'ambassadrice, c'est partie ! Et surtout, n'hésitez pas à faire pause sur la vidéo pour noter le nom de celui ou celle qui représente votre région C'est bon, c'est fait ? Alors on continue. Maintenant, si vous êtes plutôt intéressés par les activités des organismes de recherche, voici la photo de famille de leurs ambassadrices et ambassadeurs. À vos stylos ! N'hésitez pas à venir les saluer sur la Fête de la science et à dialoguer avec eux. Et au passage, on les remercie d'ailleurs pour leur disponibilité et le travail qu'ils font en allant à la rencontre du public. Bon, je vous rassure, si vous n'avez pas eu le temps de noter, vous trouverez toutes les informations concernant les ambassadeurs et les ambassadrices sur le site de la fête de la science. Ah oui, il me reste quelque chose d'important à vous annoncer. Pour le lancement de sa 31 édition, la Fête de la science s'invite au Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris. Un dispositif exceptionnel sera déployé du 7 au 9 octobre dans la Grande Galerie de l'Évolution. Ce sera gratuit et ouvert à tous. Vous pourrez échanger directement avec des scientifiques, mais aussi participer à de nombreuses activités, à des débats et à des émissions que j'aurai le plaisir d'animer avec toute l'équipe de l'Esprit sorcier. Et si vous habitez un peu trop loin, pas de problème, vous pourrez suivre l'événement depuis votre canapé, car pendant ces trois jours, les émissions seront retransmises en direct sur la chaîne YouTube de l'Esprit Sorcier, mais aussi sur le site de la Fête de la science et sur les sites des opérateurs de recherche partenaires de l'événement. Alors venez nombreux en famille, on vous attend ! Voilà, c'est la fin de cette conférence de presse J'espère qu'elle vous a donné des idées pour profiter de la Fête de la science. N'oubliez pas les dates. C'est du 7 au 17 octobre 2022 en métropole et du 10 au 27 novembre 2022 en Outre-mer et à l'international. En attendant, vous pouvez découvrir tous les évènements et préparer votre aventure scientifique sur le site de la Fête de la science. Je vous dis à très bientôt et vive la science ! Chiao !

19 septembre 2022

15h00

Je suis convaincue que la compréhension de phénomènes scientifiques et la transmission d’un certain enthousiasme peuvent réellement contribuer à faire naître des vocations. […] C’est une opportunité rare de découvrir les laboratoires, les universités, les musées ou les centres de sciences. 

Sylvie Retailleau, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Programme de la conférence de presse

  • Introduction sur la thématique du changement climatique.
  • Entretien avec la ministre, Madame Sylvie Retailleau.
  • Reportage sur le livre de science Sciences en bulles : 11 doctorants croquent la science en BD.
  • Interview du parrain de cette 31e édition de la Fête de la science.
  • Présentation des ambassadeurs de la Fête de la science.
  • Présentation de Science en direct, l’événement de lancement au MNHN de Paris.

La Fête de la science 2022

5 691 événements organisés en 2022

Cette année, la Fête de la science sera consacrée au changement climatique. De nombreux événements sont organisés pour faire découvrir le milieu scientifique, avec l'aide de professionnels de la recherche, de la formation et de la culture scientifique. Le parrain de cette année est Jamy Gourmaud.