Toute l'actualité des Infrastructures de recherche

La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni prolongent leur partenariat dans la recherche sur les neutrons

  RU

La ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Frédérique Vidal, a signé ce jour la prolongation pour une nouvelle décennie de la convention relative à l'Institut Laue-Langevin aux côtés de l'ambassadeur d'Allemagne Hans-Dieter Lucas et du chef adjoint de l'ambassade du Royaume-Uni Theo Rycroft.

Communiqué - Publication : 15.09.2021
Frédérique Vidal

L'excellence française de la recherche en physique est mondialement reconnue. Le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation s'inscrit dans la continuité d'une grande tradition avec une politique des infrastructures ambitieuse et volontariste. Parmi ces infrastructures, la source de neutrons de l'Institut Laue-Langevin de Grenoble participe de l'excellence de la recherche et renforce l'avantage comparatif de la France en physique.


Cet avenant prolonge la coopération de longue date des trois États contractants en tant qu'associés de l'Institut Laue-Langevin, source de neutrons de référence au niveau mondial depuis cinquante ans, et permet de poursuivre les opérations de cet équipement d'exception au moins jusqu'en 2030, au mieux jusqu'en 2033. Les neutrons offrent aux scientifiques des possibilités de recherche uniques pour un large éventail d'applications, par exemple le décryptage des mécanismes dans les cellules pulmonaires lors d'infections au covid-19, la compréhension des processus moléculaires dans la maladie d'Alzheimer, l'amélioration des batteries pour l'électromobilité et bien d'autres encore.


L'Allemagne, la France et le Royaume-Uni maintiennent ainsi leur leadership scientifique dans la recherche sur les neutrons.


Cet accord officiel s'appuie sur plus de 50 années de coopération fructueuse entre les pays associés pour maintenir la position de l'Institut Laue-Langevin comme l'une des premières installations neutroniques au monde. Un total d'environ un milliard d'euros de contributions est attendu pour la prochaine période contractuelle.


Une nouvelle décennie de recherche d'excellence s'ouvre ainsi à l'Institut Laue-Langevin, permettant la poursuite d'expériences audacieuses contribuant à la compréhension et à la résolution de grands défis mondiaux tels que le changement climatique et les maladies infectieuses.


 La recherche sur les neutrons à l'Institut Laue-Langevin contribue à l'excellence de la recherche française en physique. Le 6ème avenant confirme notre volonté de renforcer l'avantage comparatif de la France et de l'Europe dans le domaine. Je tiens à remercier et à féliciter chaleureusement les équipes de nos trois pays qui sont parvenues à cet accord qui permettra l'exploitation d'une infrastructure extraordinaire jusqu'en 2030 et au-delà.  a déclaré Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.

À propos de L'Institut Laue-Langevin


L'Institut Laue-Langevin est un centre de recherche international situé en France, à Grenoble. Cette très grande infrastructure de recherche est basée sur l'usage d'un réacteur à haut flux qui délivre aux scientifiques des faisceaux de neutrons. Source continue de neutrons la plus intense au monde, l'Institut Laue-Langevin reste aujourd'hui une référence par ses performances et l'étendue des domaines scientifiques couverts (énergie, santé, environnement, sciences de la matière et ingénierie, étude du patrimoine culturel, physique nucléaire et physique des particules etc.)
Chaque année, environ 1 400 chercheurs d'universités, de centres de recherche et de l'industrie, en provenance d'une quarantaine de pays, visitent l'Institut Laue-Langevin pour mener des expériences qui aboutissent à environ 600 publications scientifiques.
L'Institut Laue-Langevin a le statut d'une société civile française, avec trois membres associés que sont la France (34 %), l'Allemagne (33 %), et le Royaume Uni (33 %). Les organismes opérateurs en France sont le CNRS et le CEA (17 % chacun).
Les trois membres associés, qui contribuent ensemble à environ 80% du budget de l'Institut Laue-Langevin, travaillent en partenariat avec les pays membres scientifiques que sont l'Autriche, la Belgique, la République tchèque, le Danemark, l'Italie, la Pologne, la Slovaquie, la Slovénie, l'Espagne, la Suède et la Suisse. L'Institut Laue-Langevin emploie plus de 500 personnes et supervise environ 40 doctorants.

À propos du 6e avenant à convention de l'ILL


Aujourd'hui, les trois membres associés ont signé un accord formel visant à prolonger la convention intergouvernementale initiale de 1971. Cet avenant permet de poursuivre les opérations de l'ILL au moins jusqu'en 2030, au mieux jusqu'en 2033 (un jalon décisionnel étant posé en 2027), avec une perspective de mise à l'arrêt du réacteur en fin de protocole.

Publication : 15.09.2021
Retour haut de page