Accueil >  [ARCHIVES des communiqués et des discours, avant mai 2017 >  [ARCHIVES] Discours

[ARCHIVES] Discours

Allocution de François Goulard, ministre délégué à l'Enseignement supérieur et à la Recherche, lors de la remise des Prix d'architecture du Moniteur au Musée de l'Homme

[archive]
Discours - 1ère publication : 31.01.2006 - Mise à jour : 3.12.0007
François Goulard

 

Monsieur le Président,
Monsieur le Député-Maire,
Monsieur le Directeur de Cabinet,
Mesdames et Messieurs,

Il y a plus qu'un symbole à organiser la remise de ces Prix au Musée de l'Homme. Il y a, de manière évidente, dans ce lieu très fort, très emblématique une des sources de l'architecture que sont les Sciences Humaines et Sociales. Et je me plais à dire à quel point les Sciences Humaines et Sociales ont un rôle à jouer dans l'acte architectural.

Nous sommes dans un lieu qui fera très prochainement l'objet d'un grand concours pour sa rénovation. Nous sommes heureux de voir qu'à Paris, dans notre pays, de grands ouvrages publics sont l'occasion de l'organisation de concours qui permettent aux meilleurs architectes d'exprimer leur talent et de marquer notre époque par des actes forts comme nous en voyons un, de l'autre côté de la Seine, avec le Musée du Quai Branly.

Il n'y a pas de choix innocent pour le jury et il n'y a pas plus d'architecture innocente. Si l'on voit dans les choix de ce jury, cette année, deux distinctions aller à des ouvrages liés à l'Université et à la Recherche, j'y vois, pour ma part, un signe et un bon signe. Quand l'architecture se distingue, elle distingue aussi, pour une société, des priorités. Et il est incontestable que l'Université et la Recherche sont aujourd'hui, pour nous tous, des priorités, peut-être la première de nos priorités nationales. Le fait que vous ayez distingué, d'une part, une bibliothèque universitaire, c'est-à-dire un lieu indispensable au travail des jeunes, des étudiants, des chercheurs et, d'autre part, un très beau centre de recherche à Caen qui travaille sur les neurosciences a, pour moi, un sens profond. Les deux bâtiments qui ont fait l'objet de distinctions sont remarquables : le premier par son caractère très simple, très fonctionnel et en même temps très marquant ; le second, que j'ai eu l'honneur d'inaugurer il y a peu, témoigne d'un souci de travailler étroitement avec les chercheurs, de comprendre leurs impératifs et de les intégrer dans une œuvre architecturale qui est à la fois très visible, très fonctionnelle et très harmonieuse.
Dans la mesure où l'Université, l'Enseignement supérieur, la Recherche sont pour nous des priorités, il y aura de nombreuses commandes publiques dans les prochaines années. Elles donneront lieu à des œuvres architecturales qui, elles aussi, apporteront leur marque.
Nous allons mettre sur pied dans peu de temps une Agence de l'immobilier universitaire. Nous savons que nous avons un effort de rattrapage à opérer et nous voulons mettre à profit les formules nouvelles les plus innovantes qui permettront de mieux construire, de plus construire, et en même temps d'offrir à nos compatriotes l'image d'une Université, l'image d'une Recherche ancrées dans leur siècle et ouvertes sur l'avenir.
C'est la raison qui me fait également adresser, par avance, mes félicitations à ceux qui, dans un instant, vont être distingués.

J'ajouterai quelques mots sur la formation des architectes. La réforme des études d'architecture est aujourd'hui en application. Cette formation s'intègre désormais dans le système européen du LMD.
Il me paraît souhaitable que l'enseignement de l'architecture, qui a des spécificités qui relèvent du Ministre de la culture et de la communication, n'ignore pas le reste de l'Université mais au contraire se nourrisse de l'échange, de la richesse de l'interdisciplinarité.
C'est le vœu que je voudrais exprimer devant vous : l'architecture sera d'autant plus florissante, d'autant plus vivante, d'autant plus active qu'elle ne sera pas isolée.
L'architecture se doit d'être de son temps, de son siècle, de la société dans laquelle elle intervient. Elle doit, quand elle étudie ou quand elle recherche, s'intégrer dans un ensemble plus vaste où se mêle les disciplines qui ont leur mot à dire dans l'acte de construire des œuvres destinées aux hommes.

Voilà, Mesdames et Messieurs, ce je voulais vous exprimer ce soir. Je renouvelle aux lauréats mes félicitations et me réjouis que l'architecture, au fil des années, s'affirme dans notre pays et soit l'occasion de débats. Elle doit être au cœur de notre société, au cœur de nos préoccupations. C'est, grâce à vous et grâce à ce très bon concours, le cas ce soir.

1ère publication : 31.01.2006 - Mise à jour : 3.12.0007
Retour haut de page