Publié le

30.04.2021

« Science avec et pour la société » : la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation Frédérique Vidal présente les mesures issues de la loi de programmation de la recherche

La ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Frédérique Vidal, a présenté, ce vendredi 30 avril, au Muséum national d'Histoire naturelle, en présence de chercheurs et de personnels de l'établissement ainsi que de Sorbonne Université, l'ensemble des mesures issues de la loi de programmation de la recherche autour de de la thématique « science avec et pour la société ».

Promulguée le 24 décembre dernier, la loi de programmation de la recherche fait du développement des interactions entre sciences, recherche et société un objectif prioritaire. La relation science-société doit désormais être reconnue comme une dimension à part entière de l'activité scientifique. Elle permet à chacun de comprendre le monde qui l'entoure et d'y prendre part, de nourrir le débat démocratique et d'appuyer les décisions publiques.

L'ambition portée par la loi repose sur une triple conviction :

  • Tout d'abord, la relation science-société doit désormais être reconnue comme une dimension à part entière de l'activité scientifique et prendre toute sa place dans la carrière des chercheurs et la vie des institutions. Cela passe notamment par la création d'une nouvelle médaille du C.N.R.S. pour la médiation scientifique, un nouveau prix de l'INRAE pour les recherches participatives et de nouvelles chaires dédiées à la « médiation scientifique » à l'Institut universitaire de France.
  • Ensuite, cette relation doit s'enraciner dans un cadre territorial et partenarial. Les sites universitaires doivent y jouer un rôle moteur en favorisant les synergies entre tous ceux qui participent du lien entre science et société : les scientifiques, les étudiants, les acteurs du système scolaire, les médiateurs, les associations, les acteurs culturels, les médias, le tissu économique, les collectivités territoriales.
  • Enfin, l'animation nationale, indispensable pour inscrire la démarche dans la durée, doit être repensée à l'aune d'une vision prospective et à travers de nouveaux partenariats structurants. Il s'agit ainsi de donner une nouvelle impulsion au Conseil national de la C.S.T.I. en lui donnant une nouvelle présidente et une nouvelle mission mais aussi d'élaborer un protocole de suivi et d'évaluation par le H.C.E.R.E.S. de cette stratégie globale.

Pour financer les sciences avec et pour la société des moyens sont mobilisés dès 2021 et pérennisés jusqu'en 2030. 3 millions d'euros sont engagés pour soutenir l'émergence de nouveaux projets dont 2,6 millions pour permettre la mise en place des premières briques du réseau national. 1 % du budget d'intervention de l'A.N.R. est également dédié au financement pérenne du dialogue entre sciences, recherche et société.
Enfin, grâce au soutien du PIA 4 et dans le cadre de l'appel à projets "Excellences sous toutes ses formes", les établissements et sites universitaires pourront proposer le développement d'une offre de services, physiques ou numériques, pour une science avec et pour la société s'appuyant sur des partenariats locaux.